L’animal médiateur parfait, existe-t-il?

Curly après une séance de coupage de griffe

Lorsque j’ai effectué ma formation, je me suis rendu compte qu’on en demandait beaucoup aux animaux médiateurs. Il fallait qu’ils acceptent être porté/d’être sur les genoux (pour les plus petits d’entre eux), d’être brossé, caressé, d’être câliné, d’être sur une table avec souvent d’autres animaux d’espèces différentes. Cela me faisait un peu paniquer. Comment désensibiliser un animal à tout ça?

Ma chienne, Fiesta, que j’avais depuis plusieurs années, savait déjà presque tout faire. Cependant, je connaissais aussi ses limites, que j’allais devoir pallier grâce à l’aide d’autres animaux.

Pearl, Curly et Lozen

Une fois la formation finie, je me suis lancée, j’ai pris 3 cochons d’inde et un lapin et j’ai commencé à les former. Je les ai mis sur une table, essayé de les papouiller, câliner, caresser, porter… alors qu’il y avait énormément de nourriture sur la table pour qu’ils associent cela à quelque chose de positif. Mais le problème c’est que mes cochons d’inde détestaient être touchées. Cela leur faisait très peur et les tétanisait. Malgré des semaines et des semaines de désensibilisation cela changeait peu. Alors je me suis remise en question : Est-ce-que je fais les choses comme il faut ? Est ce que la médiation est faite pour elles ? Est ce qu’elles ne sont pas plus dans la souffrance que le bien-être? A force de réflexion et d’observation de mes petites bêtes, je me suis aussi demandée, est-ce-que j’ai besoin qu’elles me donnent tout ça? Est-ce vraiment grave si elles n’acceptent pas d’être touché?

Lozen et Pearl complètement détendu sur table

Ce choix est complètement personnel, mais je me suis rendue compte que non, ce n’était pas grave. Sur table, elles acceptaient de prendre de la nourriture à la main, elles se déplaçaient, faisaient des bruits variés et j’ai donc décidé de m’adapter à elles, à leurs caractères et leurs particularités. C’est sûr elles ne feront pas des séances de câlin pendant plusieurs minutes, mais elles apportent tellement d’autres choses. Pour les caresses, les câlins, le brossage, ma chienne et ma lapine sont parfaites alors pourquoi ne pas m’adapter à mes cochons d’inde comme je me suis adaptée à ma chienne qui est mal-à l’aise face à certains publics?

J’ai rencontré différents intervenants qui faisaient le choix de se séparer de leurs animaux s’ils ne leurs convenaient pas. Je comprends tout à fait leurs choix, cela est un confort indéniable pour l’intervenant comme pour l’animal en question. Moi, j’ai décidé de garder mes cochons d’inde car elles apportaient aussi une notion de consentement. A force de proposer des animaux qui acceptent tout (parfois même trop ?), est-ce-que l’on n’oublie pas une partie éducative essentielle à toute pratique avec les animaux ?

Ceci est une vraie piste de réflexion, car concrètement, je n’ai pas eu le choix de m’adapter à elles, car je ne voulais pas m’en séparer et je ne voulais pas les forcer. Je sais qu’elles ne conviennent pas à tous les publics, mais je pense aussi que c’est le cas de beaucoup d’animaux médiateurs quand ils sont bien évidemment écoutés.

seance-decouverte-photo-4-patte-blanche-bienveillance-mediation-animale-noemie-duchamp-tours-region-centre-indre-loire-cher-zootherapie-animaux-chien-lapin-hamster-bien-etre-therapie
Pearl qui commence à accepter les caresses

L’animal médiateur parfait n’existe sûrement pas, chacun a ses qualités et ses défauts par rapport à cette pratique exigeante pour ces petites bêtes à poils.

4 Commentaires sur “L’animal médiateur parfait, existe-t-il?

  1. Chaudet Magali says:

    Très bel article, je suis exactement dans la même réflexion. Et l’histoire du consentement c’est un vrai sujet. Je finalise ma formation médiation animale en ce moment. Bonne continuation au plaisir de communiquer ensemble. Magali

  2. Guérin says:

    Bonjour je suis entièrement d’accord avec vous je pratique la médiation avec des animaux abandonné ou sortis de mal traitance que je rééduque et bien sûr je dois m’adapter à eux et adapter mes séances et le public en fonction de chaque animaux.

  3. Nann Quinet says:

    Très intéressante cette réflexion par rapport au bien-être animal et aux différentes conditions auxquelles les animaux sont confrontées ! Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *